NEWS

FACETEC SA - TÉMOIGNAGES


+  Performante en matière d’isolation  thermique, hygrométrique et acoustique !
+ Innovante sur le plan architectural et esthétique !
+ Respectueuse de l’espace de vie et du confort des habitants !
+ Ecologique !
+ Durable !

DÉCOUVREZ LE TÉMOIGNAGE DE NOS APPRENTIS

ZIA AMINI

RÉFUGIÉ AFGHAN - EN FORMATION AFP FAÇADIER

Arrivé en Suisse il y a 3 ans, après un long périple de 4 mois depuis l’Afghanistan, M. Amini a pu bénéficier du programme d’intégration des jeunes migrants par le travail « My Connection » du Canton de Neuchâtel. Sollicitée par le Canton, Facetec SA a décidé d’accompagner en AFP M. Amini.

L’immersion en milieu professionnel a permis à M. Alimi, décrit comme « ultramotivé » par M. Rüfenacht, de progresser très rapidement, tant dans la pratique du métier de façadier que dans la maîtrise de la langue française.

« Entre les différents métiers du bâtiment qu’on m’a présentés, c’est façadier que j’ai préféré choisir car il y a une grande variété de travaux, ce n’est jamais la même façade, ça change tout le temps. »

Que préférez-vous dans votre travail ?
La finition, quand je pose les plaques à la fin, on voit si c’est joli.
Et à chaque fois on apprend de nouvelles choses, on doit toujours réfléchir, je travaille avec différents chefs d’équipe, les techniques sont différentes sur chaque chantier, j’apprends des choses différentes. C’est un métier que je trouve très bien, clair, intéressant, chaque fois ça motive. On comprend tout de suite après quelques chantiers, c’est pas trop compliqué quand on comprend les plans. Et c’est une entreprise très sympa, les équipes très sympas. L’amitié. Tout se passe bien avec l’employeur.

Ce que vous aimez le moins ?
Pour moi, le plus dur c’est quand on pose l’isolation, la laine de verre, au début j’avais de la peine mais après on s’habitue. Et la pose de l’isolation ne dure que quelques jours par rapport à toute la durée du chantier.

Quelles qualités faut-il selon vous pour faire ce travail ?
Il faut être très précis. Quand on fait le traçage il faut être très précis, c’est le plus important pour qu’il n’y est pas de problèmes et que les consoles soient bien placées.

Votre plus grande surprise quand vous êtes arrivé chez Facetec ?
A Renens, quand je suis arrivé chez Facetec, quand j’étais encore un stage, on avait fini un grand chantier, et les employeurs ont fait une grande fête avec un repas et nous ont donné à chacun un chèque cadeau de 50 francs. C’était une grande surprise pour moi. J’ai pu faire connaissance avec les autres personnes, les autres métiers, apprendre beaucoup sur le bâtiment.

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ?
J’aimerais finir mon AFP et après faire mon CFC et continuer à travailler comme façadier, toujours.

« Une volonté de notre part suite à une sollicitation du Canton de
Neuchâtel qui n’avait recu aucune réponse positive. »

Flavien Rüfenacht
« Dans la mesure où les gens sont là, autant les aider à s’intégrer
en les formant, de plus M. Amini est sympathique et ultramotivé. »

Romain Ferstler

MARGOT LUTZ

1ÈRE APPRENTIE FAÇADIÈRE DE SUISSE ROMANDE

Ayant toujours aimé bricoler et surtout à la recherche d’une formation « qui lui garantirait d’avoir toujours du travail », Margot a choisi le CFC de Façadier. En formation chez FACETEC SA, elle a effectué avec plaisir sa première année de formation et passera en 2ème année au mois d’août. Selon Margot, le métier de façadier est « un métier physique, il ne faut pas avoir peur de se lever tôt, mais c’est aussi un travail d’une grande diversité. « La sous-construction, l’isolant, les revêtements ne sont jamais les mêmes, il faut toujours réfléchir et s’adapter. »

« Je cherchais surtout une formation qui me garantirait d’avoir du travail à la sortie et j’étais un peu faible dans les matières scolaires comme le français. Actuellement très peu de jeunes connaissent ce métier et s’engagent dans cet apprentissage. Comme il n’y a pas beaucoup de concurrence, cette année en Suisse romande, nous sommes seulement trois ou quatre apprentis façadier, on peut facilement trouver une place d’apprentissage, et à la sortie, on est sûr d’avoir du travail. »

Que préférez-vous dans votre travail ?
J’aime un peu tout: en premier poser l’isolant, la laine de verre, même si en été ça peut rentrer un peu dans la peau ; poser les consoles et les profils; et aussi la finition avec la préparation et la pose des plaques et des embrasures de fenêtres… Chez Facetec, le travail est vraiment intéressant par les différents types de sous-construction et la variété de matériaux de revêtement qu’on utilise dans la construction des façades.

Ce que vous aimez le moins ?
Le froid en hiver.

Quelles qualités faut-il selon vous pour faire ce travail ?
Il faut être dynamique. Il faut se lever tôt, il faut aimer l’activité physique. Il faut aussi beaucoup réfléchir et trouver des solutions en permanence.

Votre plus grande surprise quand vous êtes arrivé chez Facetec ?
La bonne ambiance sur les chantiers et la gentillesse des collègues, l’entraide au sein de l’équipe.

Conseilleriez-vous cette formation aux autres jeunes et plus particulièrement à des jeunes femmes ?
Oui, le métier est diversifié, il y a beaucoup de tâches différentes et chez Facetec on utilise de nombreux matériaux différents pour la construction de façade.

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ?
Le domaine de la construction me plaît. Je veux d’abord obtenir mon CFC et travailler, ensuite peut-être reprendre les études pour devenir technicienne de bureau.

« Chez un apprenti la motivation est la clé bien avant la compétence
qui doit être acquise. »

Flavien Rüfenacht
« Contrairement aux idées reçues la présence d’une femme sur les
chantiers, rare dans le gros œuvre, tire les équipes vers le haut,
tant au niveau du travail que de la vie de groupe. »

Romain Ferstler

A PROPOS

Facetec, votre partenaire certifié Minergie.